Vous êtes ici : Accueil

  • Citoyenneté,
  • Colloque,
  • Conférence / Débat,
  • Handicap,
  • International,

Handicap, jeunesse et vie sociale

Publié le 9 septembre 2019 Mis à jour le 10 septembre 2019
Date(s)

le 26 juillet 2019

Lieu(x)
Nouméa, Nouvelle-Calédonie

En septembre 2020, à l’initiative du Collectif Handicaps, se tiendra à Nouméa un colloque international et pluridisciplinaire sur le thème « Handicap, jeunesse et vie sociale ». Les enjeux de ce colloque furent présentés le 26 juillet 2019 au centre culturel Tjibaou.


Le Collectif Handicaps, regroupement de 35 associations, est très engagé dans le programme « Handicap et citoyenneté » dont l’objectif est de contribuer à une réflexion sur l’accès aux droits des personnes en situation de handicap. Ce programme a été créé en collaboration par les universités française de Clermont Auvergne et canadienne de Saint-Boniface et c’est dans ce cadre que le Collectif Handicaps a lancé le vaste projet d’accueillir et d’organiser les 9, 10 et 11 septembre 2020, un colloque international à Nouméa.  
 
« L’objectif de ce colloque, explique Morgane Rivoal, chargée de mission au Collectif Handicaps, c’est de porter un regard sur les pratiques et les politiques menées aujourd’hui. C’est aussi regarder ce qui est fait et voir ce que nous, en tant qu’association, on veut et on peut mettre en place pour les personnes en situation de handicap. »
 
Les objectifs de ce colloque furent présentés ce vendredi, au travers d’un certain nombre d’interventions et d’échanges. Cette présentation officielle du colloque de 2020 a pour objet de rechercher des partenaires, d’impliquer les décideurs politiques et les institutions, mais aussi de lancer un appel au soutien du public. « Nous présentons le colloque qui va se tenir en 2020, afin de faire un peu de bruit autour de cet événement, explique Morgane Rivoal, mais surtout, dès le début, d’impliquer les partenaires et de rechercher des financements. »


Un espace de débat, d’échange et de réflexion

Le projet du Collectif Handicaps est ambitieux. Il va s’agir de rassembler autour d’un but commun, des chercheurs, des étudiants, des représentants d’associations, des artistes, des chefs d’entreprises, des décideurs politiques, des aidants et bien sûr des personnes en situation de handicap. Ce colloque international sera donc l’occasion de créer un espace de débat, de réflexion et d’échange de connaissances et d’expériences ayant trait à la vie et l’intégration sociale des jeunes en situation de handicap. Trois thèmes sont d’ores et déjà prévus : la participation des jeunes dans les différents champs de la vie sociale, la place des jeunes dans la société et le projet de vie des jeunes. On annonce déjà la présence à Nouméa pour ce colloque de septembre 2020 des membres de l’équipe de France paralympique à la suite des JO de Tokyo et d’une délégation officielle du Pacific disability forum (PDF), plateforme régionale pour la défense des droits des personnes en situation de handicap de la région Pacifique.


Dresser un bilan

Mais le Collectif Handicaps entend également profiter de l’organisation de ce colloque pour dresser le bilan de ce qui a été fait en Nouvelle-Calédonie ces dix dernières années, en matière de handicap et de droit. « Ce bilan est positif, reconnait Morgane Rivoal, mais on peut mieux faire. » Dix ans après l’adoption des lois de pays relatives au handicap, il est possible de dresser un historique et d’aller désormais vers l’amélioration. Dans ce qui peut être amélioré, le Collectif Handicaps souhaite voir prises des initiatives fortes. « Notre souhait, explique Morgane Rivoal, serait que le régime qui existe aujourd’hui soit un régime de compensation et non pas un régime d’aide. Cela ferait toute la différence pour les personnes en situation de handicap. En effet, aujourd’hui le régime d’aide est soumis au taux de handicap et au montant des revenus. En revanche, le régime de compensation prend en compte le fait d’être en situation de handicap, il vient donc compenser le fait  que la société ne soit pas adaptée à la personne en situation de handicap. » Voilà donc qui alimentera les débats, lors du colloque international de 2020.