Vous êtes ici : Accueil

  • Citoyenneté,
  • Handicap,

Bilan qualitatif 2019

Publié le 7 janvier 2020 Mis à jour le 8 janvier 2020
L'événement de Vichy fut l'un des faits marquants de 2019.
L'événement de Vichy fut l'un des faits marquants de 2019.
Date(s)

le 8 janvier 2020

Le bilan qualitatif des actions du programme "Handicap et citoyenneté" pour l'année 2019.

1. Rappel du contexte

Le projet « Handicap et citoyenneté » est porté par l’Université Clermont Auvergne et l’Université de Saint-Boniface (Manitoba, Canada). Il ambitionne de consolider le champ des études francophones sur le handicap. Il se situe dans le cadre des études critiques et des études sociales sur le handicap ainsi que de celui des études des minorités. Par son objet et par son approche théorique, il souhaite apporter une contribution académique et sociale importante qui touche plusieurs domaines, dont notamment les sciences humaines et sociales, les études de la santé, la bioéthique, le droit... Il inclut également à part entière dans sa démarche des manifestations culturelles et sportives et un projet pédagogique. Ce projet aspire à construire de manière pluridisciplinaire une réflexion innovante quant au handicap vécu en contexte francophone, avec les personnes en situation de handicap et en mobilisant la communauté scientifique en interaction avec son environnement.

Être citoyen, c’est pouvoir prendre pleinement part et pas simplement être objet d’attention. C’est être un sujet actif et coactif dans une société qui se donne les moyens d’être inclusive. C’est être en mesure d’être un acteur de sa vie individuellement et collectivement, de prendre possession de son être physique et psychique et de son environnement physique comme social. C’est être en mesure de s’approprier les différentes dimensions de l’existence et de pouvoir faire des choix.

En dépit des évolutions législatives, la citoyenneté affirmée peut rester pour partie relative. Pour les personnes en situation de handicap, les écarts restent constants entre les droits et la pratique des droits. La citoyenneté se gagne certes par le droit, par l’effectivité du droit mais aussi nécessairement par notre capacité à modifier les représentations du handicap, ce qui implique d’analyser ces représentations autant que leurs ressorts et de coconstruire des actions en commun avec les personnes en situation de handicap, en mixant les populations, y compris dans le champ de la recherche.

L’objectif général du projet est de contribuer collectivement à une réflexion sur l’accès à la citoyenneté des personnes en situation de handicap. Il s’agit par ailleurs d’approfondir et partager les savoirs sur le handicap à partir de connaissances scientifiques, de perspectives expérientielles et d’expressions artistiques et sportives, menées en commun entre les personnes. Il s’agit également de consolider les réseaux de recherche francophone internationaux, d’allier la réflexion et l’action, les expériences de vie et la recherche, de proposer des groupes de travail et des ateliers mixtes, de créer de vrais sas de travail en commun et de rencontres, de développer une démarche propre à contribuer à transformer les représentations du handicap.

Ce projet, ouvert aux diverses approches et incluant diverses problématiques, se veut un dialogue sur le handicap qui devrait assurer de nouvelles perspectives de connaissances et de reconnaissance à l’égard des personnes en situation de handicap.


2. Déroulement de l'action

En 2019, le programme « Handicap et citoyenneté » qui bénéficie du parrainage du secrétariat d’État chargé des personnes handicapées et des ministères de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, de la Culture et des Sports, a conduit une dizaine de manifestations et s’est engagée dans une réflexion collective avec l’appui de l’AUF Europe de l’Ouest en vue de déposer un dossier ERASMUS + sur le thème du handicap et de l’enseignement supérieur.

Si deux manifestations ont eu lieu en 2018, respectivement à Winnipeg et Clermont-Ferrand (cf. bilan 2018), en 2019, 11 manifestations ont été organisées ou auxquelles le programme a contribué activement sans compter deux réunions transnationales en vue de l’élaboration du projet Erasmus +. Il s’agit de déposer en février 2021 un dossier de partenariat stratégique. Deux ateliers d’écriture sont prévus en 2020.

Les manifestations en 2019 se tinrent à :
 
  • Paris (Maison de la Nouvelle-Calédonie) : février 2019 ; « Quand la fragilité devient force »
    Expositions de peintures et lectures
     
  • Clermont-Ferrand (Institut d’Avergne du développement des territoires) ; mars 2019 ; « Logement social et handicap »
     
  • Aurillac (Centre des congrès) : mai 2019 ; « Tourisme, culture et handicap »
    Arts de la scène avec la compagnie Tout va bien et lectures poétiques
     
  • Vichy (CREPS, Lycée Valéry Larbaud) : juin 2019 ; « Sport, handicap et citoyenneté »
    Expositions de peintures, de photographies, spectacle de Philippe Croizon et présence de la troupe Copeau Marteau
    Sport partagé (le sport n’est pas moins important dans sa théorie comme dans sa pratique : central dans les réflexions et la dimension culturelle, il l’a été aussi par sa pratique elle-même ; plusieurs sites de l’agglomération vichyssoise ont accueilli des après-midis de sport partagé : CREPS, hippodrome, boulodrome, centre équestre, stade aquatique).
     
  • Casablanca (Université Hassan II) et Tanger (Institut national de l’action sociale) : juin et juillet 2019 ; « Espace(s) et handicap » et « Handicap, formation et accompagnement social » (pour Tanger, le programme n’était pas coorganisateur mais invité et plusieurs de ses membres faisaient parties du comité scientifique et d’organisation).
     
  • Poitiers (Université de Poitiers) : octobre 2019 ; « Littérature et handicap » et « Pauvreté et handicap »
    Une réunion AUF transnationale a précédé à Poitiers les colloques
    Exposition de peintures, Musique (saxophoniste) et lectures
     
  • Cournon et Le Cendre (Cinéma Le Gergovie et complexe sportif Jean Jaurès) : novembre 2019 ; « Inclusion et territoires : le défi du handicap »
    Exposition de peintures et projections cinématographiques en présence des réalisateurs et d’acteurs
     
  • Cayenne (Université de Guyane) : décembre 2019 ; « Le handicap, quels enjeux pour quels défis ? »
    Expositions de photographies et lectures
     
  • Clermont-Ferrand (Université Clermont Auvergne) : décembre 2019 ; « Handicap et droits de la personne humaine »
    Lectures

Les entrées sont délibéremment multimodales. Outre la dimension scientifique sous la forme de colloques ou de conférences-débat, l’action se construit avec des temps culturels et sportifs et une dimension pédagogique impliquant notamment des étudiants de Clermont-Ferrand et de Vichy en STAPS, en Journalisme de proximité, en Technique du son et de l’image ou encore de différentes disciplines dans les ateliers du service université culture.

Chaque dimension est structurante pour l’action à l’instar de la dimension culturelle. Cette dernière comme sus-indiqué passe par différents canaux, à l’instar d’une conférence sous forme de one-man show de Philippe Croizon., d’expositions, de prestations musicales ou encore de la mise en place d’un atelier artistique itinérant sous la forme d’une résidence avec la Troupe Copeau Marteau. Gabriel, marionnette à taille humaine est allée à la rencontre des étudiants et des élèves à Vichy, à l’occasion de la manifestation « Sport, handicap et citoyenneté » mais aussi lors d’autres moments choisis sur différents sites de l’Université.

Chacun des temps d’échanges scientifiques fut accompagné de prestations culturelles et sportives sur la base d’un travail en amont impliquant des personnes ou non en situation de handicap. La finalité n’est jamais en soi la manifestation, mais le travail qui est conduit avant et pendant et le plaisir partagé qui est aussi un instrument de citoyenneté en donnant les moyens d’un épanouissement des personnes.

Quant à la dimension sportive, elle eut lieu à Tanger mais encore à Vichy et au Cendre. Les activités sportives ont pu être conduites avec réussite grâce à l’implication des associations sportives handisport et sport adapté ainsi qu’en raison de la forte implication des étudiants et étudiantes de l’UFR STAPS (filière activité physique adaptée) et plus encore du BDE STAPS : volley assis, basket fauteuil, Rugby fauteuil, handball fauteuil, tennis fauteuil, sarbacane, danse signée…

La dimension culturelle quant à elle a pris la forme d’expositions de peintures et de photographies, de temps de lectures, de projections cinématographiques en partenariat par exemple avec l’association Ciné Fac. Les arts visuels ont été fortement mobilisés : des étudiants ont été présents y compris dans le cadre de stages ou de projets tutorés. Ils ont ainsi assuré les couvertures audiovisuelles des manifestations et des capsules vidéos. L’image a été interrogé mais aussi le son. Des étudiants ont réalisé des interviews et des émissions de radio en partenariat avec RCF.

Au sein de l’Université, une diversité de composantes et de services sont impliqués ainsi que des étudiants. Également des associations travaillant depuis longtemps avec des personnes en situation de handicap sont partenaires du programme et permettent cette alliance des personnes au service de la citoyenneté.

De manière transversale et sur l’ensemble de la période du programme, le service université culture de l’Université Clermont Auvergne porte un ensemble d’actions sur le thème « Culture et handicap ». On pense à la mise en place d’un atelier d’audiodescription qui a été initié en septembre 2018 et qui a pu pleinement porter ses fruits en 2019. L’atelier forme les participants aux principes de réalisation d’une audiodescription d’images fixes ou animées pour un public déficient visuel. Les projets d’audiodescription s’inscrivent dans une logique de mixité des publics.
 
Les étudiants de l’atelier identifient les contextes de diffusion de leur projet. En relation avec le responsable de l’événement et/ou de la structure d’accueil, ils s’impliquent dans sa phase de réalisation et dans la communication liée aux événements. Les projets sont soumis à la validation des responsables de l’atelier, du SUC et des partenaires extérieurs impliqués. 12 étudiants se sont engagés dans l’atelier, encadré par Évelyne Ducrot, responsable du secteur Arts – Sciences – Techniques – Société du SUC, Jean-Marie Favreau, enseignant-chercheur à l’UCA et le collectif Advox, dont il est membre, avec Laurence Gaston et Dominique Chevallier-Wixler. Après des expériences au sein de l’atelier, les étudiants se sont répartis des interventions auprès de publics au FRAC, au Musée d’art Roger-Quilliot et au Musée Bargoin.

Évidemment, il y a eu aussi grâce au soutien de la DRAC Auvergne Rhône-Alpes la mise en place effective de l’atelier artistique itinérant « Culture et handicap », sous forme de résidence, depuis le début de l’année 2019. C’est la Compagnie Copeau Marteau (Éleonore Antoine-Snowden et Anne-Laure Lemaire et la marionnette Gabriel) qui a été retenue et qui a conduit un ensemble d’actions sur différents sites de l’Université et a particulièrement été associée à la manifestation de Vichy. Le jury, réuni le 20 février 2019, était composé de Lionel Balard, responsable du secteur arts plastiques au SUC, enseignant d’arts plastiques à l’ESPE - UCA, Megan Carnal, responsable handicap à la Direction des ressources humaines – UCA, Évelyne Ducrot, directrice du Service université culture et responsable du secteur Arts – sciences – techniques – société - UCA, Florence Faberon, alors Vice-présidente Vie Universitaire et culture, coordinatrice du projet Handicap et citoyenneté – UCA (depuis le 1er septembre 2019, elle est professeure de droit public à l’Université de Guyane ; elle reste coordinatrice de l’action en tant que chargée de projet Handicap et Mémoire à l’Université Clermont Auvergne), Agnès Monier, conseillère Action culturelle.
 
Les grandes lignes du projet ont été affinées avec la Compagnie à Paris et Vichy. L’atelier – résidence itinérante a pu débuter au printemps et la Compagnie a été particulièrement impliquée à Vichy la semaine du 3 au 7 juin 2019. Dans le cadre du programme « Handicap et citoyenneté » en général et des journées « Sport, handicap et citoyenneté » en particulier, la Compagnie a pu rencontrer de nombreux jeunes du CAVILAM, des scolaires et les équipes d’encadrement des moments sportifs ainsi que les enseignants et personnels du site. Sa présence a été remarquée, par le truchement de Gabriel. Des comptes-rendus illustrés en sont issus, réalisés par la Compagnie, qui seront autant de supports pour les rencontres à venir dans la continuité du projet. Ils sont intitulés Gabriel à l’hippodrome, Gabriel à l’accueil, Gabriel au CREPS, Gabriel à la Médiathèque et Gabriel au RU.

Avec la refonte de son site internet, le SUC a créé un onglet Culture-handicap dans les « Programmes spécifiques » qu’il met en avant. Les pages et les illustrations sont un moyen de suivre la résidence de la Compagnie : https://culture.uca.fr/programmes-specifiques/culture-handicap/

Nous souhaitons que cet atelier s’inscrive dans une démarche de coconstruction avec la DRAC et les relais de proximité sur les différents sites de l’Université Clermont Auvergne (Aurillac, Clermont-Ferrand, Le Puy-en Velay, Montluçon, Moulins, Vichy). C’est ce qui a été fait et c’est ce que nous souhaitons poursuivre. Le projet vise des démarches croisées entre culture et handicap.

L’ambition du projet est de s’adresser à une pluralité de publics : étudiants, personnels enseignants, chercheurs, personnels administratifs et techniques et plus largement tous publics, en situation ou non de handicap ; il doit pouvoir aussi intéresser les laboratoires de recherche dans leurs diversité disciplinaire : philosophie, ethnologie, sociologie, géographie, droit...

Il s’agit de proposer une pratique encadrée, une démarche de spectateur accompagné, des rencontres et des restitutions publiques à l’occasion des colloques et actions du programme « Handicap et citoyenneté », notamment sur chacun des sites de l’Université Clermont Auvergne et le cas échéant sur les sites hors UCA en lien avec le programme. Le projet comporte des allers-retours entre accompagnement et actions. Il s’appuie sur les programmations des structures culturelles du territoire concerné pour la pratique de spectateurs.


3. Résultat de l'action et perspectives

Les résultats sont extrêmement positifs tant par le nombre d’intervenants, de participants, dont les étudiants et les enfants (plus de 1 600 personnes concernées sur l’ensemble de l’année), que par celui des partenaires qui ont su se fédérer, non seulement par des soutiens financiers directs ou en nature mais encore par leur implication forte dans notre démarche collective sans oublier les dynamiques incidentes : des manifestations et des actions ont vu le jour en-dehors du programme mais grâce aux liens initiés par le programme. Le programme se révèle un espace d’échanges et d’émulations qui génèrent de multiples synergies en son sein avec une capacité de diffusion en-dehors de lui-même.

Nous avons mis en place des groupes de travail dans les mois précédant les manifestations et certains des partenaires ont été totalement parties prenantes de cette dynamique au-delà de soutiens matériels. Ils se sont constitués comme de véritables forces de proposition. Ils accompagnent le processus et lui donnent pleinement vie.

Notre souhait est de fédérer des acteurs à l’échelle des territoires, de faire changer les regards et de faire avancer la recherche dans le champ du handicap. Les objectifs ont été atteints et les acteurs présents, qu’ils soient publics ou représentants du monde socio-économique.

En 2020, seront investies des thématiques spécifiques sous la forme de conférences, de séminaires ou de colloques sur différents sites universitaires et non universitaires, toujours en lien avec les différents acteurs des territoires, universitaires, politiques, associatifs et socio-économiques et avec la volonté de contribuer au rayonnement national et international de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
 
  • Chambéry (Université Savoie-Mont-Blanc) : mars 2020 ; « Handicap, identité et dignité »
     
  • Aix-en-Provence (Aix-Marseille Université) et Lyon (Université Lyon 3) : juin et novembre 2020 ; « Santé et handicap »
     
  • Québec (Université de Laval) : juin 2020 ; organisation d’une session sur le thème « Handicap et enseignement supérieur » à l’occasion d’un colloque franco-latino-americano.
     
  • Tokyo et Nouméa : septembre 2020 ; « Jeunesse et handicap »
     
  • Cayenne, Saint-Laurent-du-Maroni et Kourou : octobre 2020 ;
    « Éducation, handicap et citoyenneté » et des conférences sur le handicap sur l’ensemble de l’année

En sus, sur l’année, des manifestations se tiendront sur l’ensemble des sites de l’Université Clermont Auvergne avec la présence de la Compagnie Copeau Marteau.

Chaque temps est accompagné d’activités culturelles et/ou sportives à l’instar de journées de sport partagé (Tokyo, Nouméa, Cayenne). Quant à la dimension culturelle, elle est systématiquement présente avec la volonté d’impliquer des artistes amateurs et professionnels ainsi que des associations étudiantes : lectures, joutes oratoires, théâtres, réalisation de capsules vidéos, interviews, expositions, musiques, danses. Nous souhaiterions aussi pouvoir faire travailler ensemble des artistes métropolitains et ultramarins dans le cadre d’une résidence d’une semaine outre-mer et d’une semaine en France hexagonale avec à l’issue une prestation commune.


4. Moyens de communication et de publicité

Cette action internationale n’a d’intérêt que dans sa capacité à fédérer et elle implique par ses dimensions de mobiliser de nombreux partenaires. Notre démarche est une démarche commune qui trouve sa force dans une synergie collective et la promotion des valeurs académiques et sociales qui nous unissent.

Ce projet n’a été et n’est possible qu’avec le soutien des partenaires. Ces soutiens ont été affirmés oralement à l’occasion des différentes manifestations ou lors des rencontres avec les différents partenaires.

Ils l’ont été aussi par la présence du logo des partenaires sur le site internet du programme, sur les lieux des manifestations le cas échéant, et par un logo partenaires renvoyant au site internet dédié.